23 Aug 2018

Please reload

Posts Récents

Mini-maison à St-Alexis-des-Monts

25 Jan 2018

1/9
Please reload

Posts à l'affiche

Panel sur l'innovation dans l'expérience employé

17 Jan 2019

L’architecture, c’est quoi? Selon la définition du dictionnaire le petit Larousse, l’architecture, c’est : ``l’art de concevoir et de construire un bâtiment dans le respect des contraintes fonctionnelles, esthétiques, techniques et réglementaires déterminées``. J’ajouterais que l’architecture va au-delà du bâtiment et que l’expérience commence par le site dans lequel il est inscrit. Il est prouvé que d’avoir un contact visuel avec la nature calme et apaise l’esprit. Ici, nous sommes chanceux, car nous sommes dans un environnement idéal avec la présence du boisé qui nous entoure (L'Institut secondaire Keranna est implanté sur un terrain boisé, bordé par la rivière Milette.). Mais sachez que d’avoir la vue sur l’extérieur, même si ce n’est que sur un arbre, ou bien d’avoir la présence de végétation à l’intérieur de son espace est suffisant pour créer un cadre qui calme l’esprit. Et comme nous le savons, le stress est bien présent dans nos vies, il est possible de faire une différence et ce à peu de frais, en ajoutant de la verdure dans nos environnements!

 

Image: decormag.fr                                                           Image: Skyscanners offices by Madilancos Studio

 

 

                                                                                           Image: Lycée Louis Armand, Eaubonne, France

 La polyvalence, la flexibilité et la possibilité de moduler son espace de vie ou son espace de travail est primordial. Le fait de permettre un certain mouvement, de bouger, de se déplacer dans l’espace, de rendre l’environnement dynamique maximise l’apprentissage qui n’est plus uniquement théorique, mais qui est aussi par expériences. Parce que l’apprentissage et le plaisir vont de pair! Le but étant d’offrir des espaces communs qui maximisent le potentiel individuel de l’étudiant ou de l’employé. Cela permet également d’optimiser le potentiel des interventions pédagogiques ou des échanges entre collègues. Ce type d’espace améliore le rendement, mais également le comportement et la motivation. De plus, un espace de qualité suscite la fierté des usagers : ils ont le goût d’y être et d’en prendre soin.

 

Le fait d’offrir un espace épuré permet également de se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui compte vraiment. Comme l’étudiant qui passe beaucoup de temps en classe, l’employé passe une bonne partie de son de temps au travail. L’espace dans lequel il évolue doit être pris en compte car il a un impact direct sur son apprentissage, sa motivation, sa concentration, son sentiment d’appartenance et ses relations avec l’autre. Une architecture de qualité appelle aux dépassements de soi. C’est comme si l’espace avait le pouvoir de vous donner une tape dans le dos et de vous dire : ‘’Vas-y, tu es capable!’’. L’inverse est aussi vrai : être dans un espace sans valeur nous envoie le message que nous ne sommes pas important, que nous sommes aussi sans valeur. (Pierre Thibault, Livre : Et si la beauté rendait heureux?). Avez-vous remarqué que l’on est porté à prendre soin d’un bel endroit (maison, bureau, etc.) et que l’on a tendance à délaisser les endroits surchargés qui ne sont pas invitants? Un endroit épuré est beau, pas parce qu’il est esthétique, mais parce que c’est un univers qui nous fait du bien et qui favorise notre bien-être.

 

Image: Mobilier de bureau Rogé                                                                                        Image: Pinterest 

 

 

Jean-René Dufort, lors d’une entrevue avec l’architecte Pierre Thibault, faisait remarquer que plusieurs cours d’école ressemblent à l’émission Unité 9 avec la présence massive de matériaux ``durs`` tels que l’asphalte, la brique et les clôtures ``frost``. Comment ne pas être agressif dans ce genre d’environnement qui ressemble au monde carcéral? Est-ce optimal pour ces jeunes qui entrent dans le monde public pour la première fois? Il faut comprendre que l’environnement dans lequel nous nous trouvons à un impact sur ce que nous sommes, nos humeurs, nos émotions. Nous sommes des personnes différentes, dans des lieux différents. (Pierre Thibault, Livre : Et si la beauté rendait heureux). Une réunion dans une salle de conférence sans fenêtre peut donner le goût aux participants de faire les choses le plus rapidement possible afin de quitter cet endroit au plus vite. Cette même réunion tenue dans un endroit agréable, avec des fenêtres par exemple, supporte les usagers et les aide à participer activement à la rencontre. Il faut donc voir la création d’espaces de qualité comme un investissement et non comme une dépense.

 

Image: École Québec, centdregres.ca                            Image: École Copenhague, Danemark, centdegres.ca

 

 

 

 

Image: Orestad High school, Copenhague, Danemark

 À quelles innovations en architecture pouvons-nous nous attendre dans les prochaines années? Il faut comprendre que l’architecture est conçue pour les usagers à l’époque où il se trouve. Des problématiques actuelles apporteront des pistes de solutions inventives. Par exemple, avec la progression des cas d’embonpoint et d’obésité, nous pouvons nous attendre à voir la présence d’escalier central et/ou monumental. L’escalier ne sera plus relayé à être un escalier de secours caché derrière un ascenseur. Il sera mis à l’honneur et invitera l’usager à être plus actif et à bouger pour améliorer sa santé. Si vous vous promenez régulièrement dans un espace vous présentant un bel escalier invitant, vous serez plus enclin à l’utiliser par rapport à un escalier caché dont vous ignoriez même l’existence!

 

Dans un monde hyper-connecté comme le nôtre, où chacun est rivé à son écran, nous pouvons nous attendre à des interventions pour créer des espaces publics qui maximiseront le potentiel de rencontres, d’échange entre les individus et d’apprentissage avec l’autre. Prendre le temps de s’arrêter, de discuter, d’échanger et de s’ancrer au présent. Cela peut être par le décloisonnement, la disposition et la proximité du mobilier, mais également par la création de zones ‘’où il ne se passe rien’’. Ce type d’espace permet à l’usager de se l’approprier et de l’adapter selon l'activités qui s’y déroule. Ces lieux permettent de maximiser le potentiel de créativité des gens s’y trouvant. En d’autres mots, l’environnement bâti guide, mais en ne planifiant pas tout, permet à l’usager de modeler l’espace mis à sa disposition pour exploiter son plein potentiel.

 

 Image: Espace d'échange des bureaux OVH, architecte: Pierre Thibault

 

 

                                                                                                    Image: École Gabrielle-Roy, St-Léonard

L’innovation, cela peut faire peur et avoir l’air gros. Suggestion de l’architecte Pierre Thibault : pourquoi ne pas commencer petit avec un ou deux projets pilotes? Ce type d’interventions nécessitent moins de ressources financières et permettent de tester des idées inventives avant de les appliquer partout. La perfection n’est pas nécessaire, et le fait d’y aller en phases est même avantageux, car il permet d’adapter le projet en cours de route. Quand vous verrez les effets bénéfiques, vous pourrez continuer avec d’autres interventions. Le fait d’y aller en transition permet également d’acclimater ceux qui sont résistants face aux changements. Mon dernier conseil serait donc de vous rappeler l’importance de consulter les gens pour lesquels ses espaces seront conçus. Le projet doit être réfléchi en pensant à l’individu, conçue à l’échelle humaine et fonctionnant au sein d’une collectivité.  La participation des usagers dès le début du projet suscite un sentiment d’appartenance et d’appropriation en plus de limiter la résistance de certains face aux changements. Le fait de prendre son temps est également essentiel pour avoir un bon projet qui perdure dans le temps.

 

Pour terminer, pourquoi innove-t'on? Généralement, c'est pour améliorer quelque chose. Une architecture de qualité, réfléchie, permet d'améliorer notre bien-être et donc de contribuer à notre bonheur! Pour approfondit votre réflexion, je vous suggère fortement la lecture du livre ‘’Et si la beauté rendait heureux’’ de l’architecte Pierre Thibault et le journaliste François Cardinal.

 

 

 Andréanne Bégin est une ancienne étudiante de l’Institut secondaire Keranna. Après ses études secondaires, elle choisit d'étudier au CÉGEP de Trois-Rivières en technologie de l’architecture où elle a reçu l’Atout de l’année comme meilleure étudiante de sa promotion. Elle poursuit ses études à l’Université Laval au Baccalauréat en architecture. Elle a travaillé pour différents intervenants dans le domaine de l’architecture et de la construction tels qu’entrepreneur en construction, firmes d’architectes et de technologues professionnels, En 2013, elle fonde l’entreprise ABConcept Architecture qui offre des services d’architecture personnalisés dans le domaine résidentiel. En 2017, le Carrefour jeunesse emploi et Femmessor Mauricie lui remettent une mention honorifique de Créateur de richesse – ambassadeur de la culture entrepreneuriale. Depuis 2018, elle enseigne à temps partiel au CÉGEP de Trois-Rivières en technologie de l’architecture. Maman de deux enfants, elle a choisie de s'impliquée dans sa communauté en donnant de son temps à l’organisme KIWANIS qui vient en aide aux enfants défavorisés de la région. Elle a mis sur pied une collecte d’habits d’hiver usagés qui se déroule à chaque année au Centre Les Rivières. En octobre dernier a eu lieu la 3e édition de cet évènement qui permet de récolter une multitude d’habits d’hiver, de tuques, de mitaines et de bottes qui sont distribués aux enfants de 0 à16 ans via les garderies et les écoles de Trois-Rivières.

Share on Facebook
Share on Twitter